Séminaire ENS 2005-2006

Attention : la partie de ce site consacrée aux méthodes quantitatives n'est plus régulièrement mise à jour depuis 2007. Merci de vous référer maintenant sur ce sujet au site plus ergonomique et plus riche Méthodes quantitatives pour l'historien
.

L’histoire et l’historien face au quantitatif (ENS)

Pistes bibliographiques - La régression logistique

  • Charles H. Feinstein, Mark Thomas, Making History Count. A Primer in Quantitative Methods for Historians, Cambridge University Press, 2002. [un gros livre très pédagogique qui a le mérite de s'appuyer sur des données historiques : une alternative aux manuels pour sociologues ou pour économistes, souvent très mathématisés ; le livre est centré sur les régressions, l'étude de séries temporelles et les corrélations (chi-deux...), et sur l'histoire économique]

  • Alan Agresti et Barbra Finley, Statistical Methods for the Social Sciences, Upper Saddle River, Prentice Hall, 3e éd. 1997 [un grand classique très recommandable]

  • Un aide-mémoire un peu technique par Gilles Bastin, très utile une fois qu'on a compris le principe : http://www.melissa.ens-cachan.fr/article.php3?id_article=27 (site très recommandable).

  • Comparaison entre régressions linéaire et logistique, plutôt clair, sur un exemple : Philippe Cibois, « Modèle linéaire contre modèle logistique en régression sur données qualitatives », Bulletin de méthodologie sociologique, n°64, 199, p. 5-24, en ligne ici : http://perso.wanadoo.fr/cibois/BMS99.rtf

  • Comparaisons très claires entre analyse factorielle et régression logistique : Félicité des Nétumières, « Méthodes de régression et analyse factorielle », Histoire & Mesure, 1997, XII-3/4, p. 271-298 [pour commencer : une étude de cas à l'appui et une approche orientée vers la pratique] ; Alain Desrosières, « Entre réalisme métrologique et conventions d’équivalence : les ambiguïtés de la sociologie quantitative », Genèses, n° 43, 2001-2, p. 112-127, en ligne ici [pour approfondir : une réflexion un peu plus théorique et quelques mots sur l'histoire de ces méthodes].

  • Anne-Sophie Bruno, « L'attribution des cartes de commerçants étrangers. Le cas des indépendants tunisiens (1978-1982) », à paraître (une version est en ligne mais elle a été fortement retouchée) [très clair sur la méthode et son intérêt pour discriminer différents effets].

  • Noël Bonneuil et Paul-André Rosental, « Changing Social Mobility in nineteenth-century France », Historical Methods, Spring 1999, vol. 32, n° 2, p. 53-73. [à lire lentement, mais on en est récompensé : non seulement des régressions, mais une proposition très maligne de classement social]

  • Jérôme Bourdieu, Gilles Postel-Vinay, Paul-André Rosental et Akiko Suwa-Eisenmann, « Migrations et transmissions inter-générationnelles dans la France du xixe et du début du xxe siècle », Annales HSS, 4, 2000, p. 749-789 [cela ressemble à la littérature anglo-saxonne sur ce type de sujets mais c'est en français !].

  • Cameron Campbell et James Lee, « Social Mobility from a Kinship Perspective: Rural Liaoning, 1789-1909 », International Review of Social History, 18, 2003, p. 1-26 [très bel article assez facile à lire qui renouvelle une question classique, celle de la mobilité ou de la reproduction sociales ; cela donne des idées !].

  • Jan Kok et Henk Delger, « Success or Selection? The Effect of Migration on Occupational Mobility in a Dutch Province, 1840-1950 », Histoire & Mesure, XIII-3/4, 1998, p. 289-322 [pour une fois, la migration est explicative plutôt qu'expliquée... pour le reste, article d'un genre classique mais très clair]

  • Douglas S. Massey et Kristin E. Espinosa, « What's Driving Mexico-U.S. Migration? A Theoretical, Empirical, and Policy Analysis », The American Journal of Sociology, Vol. 102, No. 4., janvier 1997, p. 939-999 [l’article cité par Anne-Sophie Bruno, qui a en particulier l’avantage de revenir à des probabilités simulées pour comparer les effets des variables].

  • Vous en trouverez quelques tonnes dans toute revue (ou tout livre) d'histoire économique anglo-saxonne ou encore dans de nombreuses revues de sociologie, en particulier The American Journal of Sociology et The American Sociological Review.

Mise en ligne le 3 décembre 2005.