Autour des méthodes quantitatives

Attention : la partie de ce site consacrée aux méthodes quantitatives n'est plus régulièrement mise à jour depuis 2007. Merci de vous référer maintenant sur ce sujet au site plus ergonomique et plus riche Méthodes quantitatives pour l'historien
.

Quelques (pistes de) cours généraux de statistiques

  • Pour débuter (bases de données, graphiques, corrélations) : Jacques Cellier, Martine Cocaud, Traiter des données historiques. Méthodes statistiques/ techniques informatiques, Presses Universitaires de Rennes, 2001. Site web (avec les données utilisées dans le livre et des tutoriels élémentaires utiles) : http://www.uhb.fr/pur/Site_TDH/Index.htm

  • Pour débuter aussi (encore plus ?) : Frédéric Saly-Giocanti, Utiliser les statistiques en histoire, Paris, Armand Colin, 2005 ou Ludovic Tournès, L’informatique pour les historiens. Graphiques, calculs, Internet, bases de données, Belin, 2005 (tous les deux plus axés sur les graphiques et les séries temporelles, moins sur les bases de données – j’avoue ne pas les avoir utilisé personnellement et on ne m’en a pas dit que du bien du « Tournès » ; je continue donc à recommander « le Cellier-Cocaud » en priorité, puis « le Saly-Giocanti », selon le bouche à oreille issu de collègues qui enseignent en DEUG)

  • A priori pour débuter toujours, et non ciblés « histoire », des ouvrages qu’on m’a signalés mais que je n’ai pas encore eu le temps de regarder : Olivier Martin, L’analyse de données quantitatives, Paris, Armand Colin, 2005 ; Frédéric Lebaron, L’enquête quantitative en sciences sociales, Paris, Dunod, 2006 ; Martine Quinio Benamo, Probabilités et statistiques aujourd’hui, Paris, L’Harmattan, 2006. Dans le même genre, Claude Rosental et Camille-Frémontier-Murphy, Introduction aux méthodes quantitatives en sciences humaines et sociales, Paris, Dunod, 2001 (très clair sur les concepts mathématiques de base, mais il n’envisage que certains types de traitement des données et non pas le passage de la source aux données…).

  • Traitements plus élaborés (divers types de régression, cf. économétrie), très pédagogique et adapté aux historiens : Charles H. Feinstein, Mark Thomas, Making History Count. A Primer in Quantitative Methods for Historians, Cambridge University Press, 2002. Plus sociologique mais de toute façon excellent (un grand classique) : Alan Agresti et Barbra Finley, Statistical Methods for the Social Sciences, Upper Saddle River, Prentice Hall, 3e éd. 1997.

  • Event history analysis : Hans-Peter Blossfeld et Götz Rohwer, Techniques of Event History Modeling: New Approaches to Causal Analysis, Lawrence Erlbaum Associates, 2001 (présentation générale et programmation avec TDA).

  • Analyse de réseaux : outre les manuels introductifs en français évoqués ailleurs sur ce site, on pourra se référer en anglais à la collection « Structural Analysis in the Social Sciences », qui, outre le manuel classique anglophone par Wasserman et Faust, propose maintenant un livre dédié à l'analyse « exploratoire » avec Pajek ; je n'ai pas encore lu le livre mais j'ai une très bonne opinion des auteurs ! Le reste de la collection propose des études plus ou moins théoriques et empiriques signées de tous les « pontes » du domaine. Présentation et références ici.

Mise en ligne le 25 janvier 2006.