Séminaire « trajectoires-réseaux » (2004-2005)

Attention : la partie de ce site consacrée aux méthodes quantitatives n'est plus régulièrement mise à jour depuis 2007. Merci de vous référer maintenant sur ce sujet au site plus ergonomique et plus riche Méthodes quantitatives pour l'historien
.

Bibliographie du séminaire 2004-2005

Cette bibliographie répète pas mal d'éléments qui sont ailleurs sur ce site, mais pas seulement... Un jour, je rationaliserai tout ça, en attendant, cela peut peut-être servir à certains.

  • Pour débuter (bases de données, graphiques, corrélations) : Jacques Cellier, Martine Cocaud, Traiter des données historiques. Méthodes statistiques/ techniques informatiques, Presses Universitaires de Rennes, 2001. Site web (avec les données utilisées dans le livre et des tutoriels élémentaires utiles) http://www.uhb.fr/pur/Site_TDH/Index.htm

  • Vision iconoclaste, éléments notamment sur l’analyse factorielle : Alain Guerreau, Statistiques pour historiens : http://elec.enc.sorbonne.fr/statistiques/stat2004.pdf

  • Traitements plus élaborés que nous n’envisagerons pas ici (divers types de régression, cf. économétrie) : Charles H. Feinstein, Mark Thomas, Making History Count. A Primer in Quantitative Methods for Historians, Cambridge University Press, 2002.

  • Event history analysis (plutôt pour sociologues) : Hans-Peter Blossfeld et Götz Rohwer, Techniques of Event History Modeling: New Approaches to Causal Analysis, Lawrence Erlbaum Associates, 2001.

  • Introduction aux techniques d’analyse de discours : numéro spécial d’Histoire & Mesure, numéro XVIII-3/4, 2003.

  • Analyse de séquences : un logiciel (pas le meilleur) et surtout de la bibliographie sur http://home.chicago.edu/~aabbott/om.html

  • Site introductif en français, bonne bibliographie en sociologie et forum de discussion : http://www.univ-lille1.fr/gares/

  • Introduction courte et efficace pour les historiens : Bonnie H. Erickson, “Social Networks and History. A Review Essay”, Historical Methods, Summer 1997, vol. 30, n° 3, p. 149-157

  • Revue de littérature plus longue : Claire Lemercier, « Analyse de réseaux et histoire », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 52-2, avril-juin 2005, p. 88-112.

  • Récente synthèse très pédagogique et critique : Pierre Mercklé, Sociologie des réseaux sociaux, La Découverte, coll. « Repères », 2004

  • Pour aller un peu plus loin : Alain Degenne et Michel Forsé, Les réseaux sociaux, Paris, Armand Colin, 2e éd. 2004 (plus « lien social ») ; Emmanuel Lazega, Réseaux sociaux et structures relationnelles, Paris, PUF, 1998 (plus « économie et organisations »).

  • Exemples d’utilisation de l’analyse de séquences : Katherine Stovel, Michael Savage and Peter Bearman, “Ascription into Achievement: Models of Career Systems at Lloyds Bank, 1890-1970”, The American Journal of Sociology, September 1996, pp. 358-399 ; Mary Blair-Loy, “Career Patterns of Executive Women in Finance: An Optimal Matching Analysis”, The American Journal of Sociology, March 1999, pp. 1346-1397 ; Claire Lemercier, « Les carrières des membres des institutions consulaires parisiennes au xixe siècle. Une étude grâce à l’analyse de séquences », Histoire & Mesure, XX-1/2, 2005, p. 59‑95.

  • Réflexions sur les itinéraires militants : Dossier « Devenirs militants », dirigé par Olivier Fillieule et Nonna Mayer, Revue française de science politique, vol. 51, n° 1-2, février-avril 2001, pp. 19-215 ; Christian Topalov (dir.), Laboratoires du nouveau siècle, éd. de l'EHESS, 1999.

  • Références plus globales sur les mouvements sociaux, en français : Erik Neveu, Sociologie des mouvements sociaux, La Découverte, coll. « Repères », 2002 (1re éd. 1996) ; Lilian Mathieu, « Rapport au politique, dimensions cognitives et perspectives pragmatiques dans l’analyse des mouvements sociaux », Revue française de science politique, vol. 52, n° 1, février 2002, pp. 75-100.

  • Luc Boltanski, « L’espace positionnel. Multiplicité des positions institutionnelles et habitus de classe », Revue française de sociologie, janvier-mars 1973, p. 3-26 ; Pierre Bourdieu, La noblesse d'État, Paris, Éditions de Minuit, 1989.

  • Mark S. Mizruchi, “What Do Interlocks Do? An Analysis, Critique, and Assessment of Research on Interlocking Directorates”, Annual Review of Sociology, vol. 22, 1996, p. 271-298 ; Mark S. Mizruchi, The American Corporate Network: 1904-1974, Berverly Hills, Sage, 1982 ; William G. Roy, "The Unfolding of the Interlocking Directorate Structure of the United States", American Sociological Review, vol. 48, n° 2, April 1983, p. 248-257.

  • Pierre-Paul Zalio, « Un monde patronal régional dans les années 1930. Une perspective configurationnelle », in Bernard Convert (dir.), Repenser le marché, Paris, L’Harmattan, Cahiers lillois d’économie et de sociologie, n° 41, 2003, p. 137-176.

  • François Denord, « Genèse et institutionnalisation du néo-libéralisme en France (années 1930-années 1950) », thèse de sociologie, dir. Rémi Lenoir, EHESS, 2003.

  • John F. Padgett, « Mobility as control : congressmen through committees », dans Ronald L. Breiger (ed.), Social mobility and social structure, Cambridge University Press, 1990, p.27-58.

  • Mario Diani and Doug McAdam (eds.), Social Movements and Networks. Relational Approaches to Collective Action, Oxford/New York, Oxford University Press, 2003 (notamment les introduction et conclusion et Mario Diani, "’Leaders’ or Brokers? Positions and Influence in Social Movements Networks", ibid., chap. 5).

  • Naomi Rosenthal, Meryl Fingrutd, Michele Ethier, Roberta Karant and David McDonald, “Social Movements and Network Analysis: A Case Study of Nineteenth-Century Women’s Reform in New York State”, The American Journal of Sociology, 90, 1985, p. 1022-1054 ; Naomi Rosenthal, David McDonald, Michele Ethier, Meryl Fingrutd and Roberta Karant, “Structural Tensions in the Nineteenth-Century Women’s Movement”, Mobilization, vol. 2, n° 1, March 1997, pp. 21-46.

  • Maryjane Osa, Solidarity and Contention. Networks of Polish Opposition, University of Minnesota Press, 2003 ; M. Osa, “Mobilizing Structures and Cycles of Protest: Post-Stalinist Contention in Poland, 1954-1959”, Mobilization, vol. 6, n° 2, 2001, pp. 211-231 ; M. Osa, "Networks in Opposition: Linking Organizations through Activists in the Polish People’s Republic”, in M. Diani and D. McAdam (eds.), Social Movements..., chap. 4.

  • Roger V. Gould, Insurgent Identities. Class, Community and Protest in Paris from 1848 to the Commune, Chicago and London, The University of Chicago Press, 1995 (introduction) ; Roger V. Gould, "Why do Networks Matter? Rationalist and Structuralist Interpretations", in M. Diani and D. McAdam (eds.), Social Movements..., chap. 10.

  • Mustafa Emirbayer and Jeff Goodwin, “Network Analysis, Culture and the Problem of Agency”, The American Journal of Sociology, 99, 1994, pp. 1411-1454.

  • Doug McAdam and Ronnelle Paulsen, “Specifying the Relationship between Social Ties and Activism”, The American Journal of Sociology, vol. 99, n°3, November 1993.

  • John F. Padgett, “Organizational Genesis, Identity and Control: The Transformation of Banking in Renaissance Florence”, in James E. Rauch and Alessandra Casella (eds.), Networks and Markets, New York, Russell Sage, 2001, p. 211-257 (également téléchargeable ici).

  • Charles Tilly, “Parliamentarization of Popular Contention in Great Britain, 1758-1834”, Theory and Society, 26, 1997, p. 245-273 ; Charles Tilly and Lesley J. Wood, “Contentious Connections in Great Britain, 1828-34”, in M. Diani and D. McAdam (eds.), Social Movements..., op. cit., chap. 7.

Mise en ligne le 25 janvier 2006.