Séminaire EHESS 2005-2006

Attention : la partie de ce site consacrée aux méthodes quantitatives n'est plus régulièrement mise à jour depuis 2007. Merci de vous référer maintenant sur ce sujet au site plus ergonomique et plus riche Méthodes quantitatives pour l'historien
.

Traiter statistiquement des individus en histoire (EHESS)

Pistes bibliographiques - L'analyse de séquences et l’étude des carrières

  • Laurent Lesnard et Thibaut de Saint-Pol, Introduction aux méthodes d’appariement optimal (Optimal Matching Analysis), Document de travail INSEE, n° 2004-15, 30 p. disponibles en ligne : (présentation très claire de la méthode, avec une application à des enquêtes sur les emplois du temps et des pistes bibliographiques complémentaires).

  • Andrew Abbott, « Sequences of Social Events », Historical Methods, 16, 1983, pp. 129-147 ; Andrew Abbott and Angela Tsay, « Sequence Analysis and Optimal Matching Methods in Sociology », Sociological Methods and Research, 29, 2000, pp. 3-33 (deux présentations claires de la méthode par son introducteur en sociologie ; pour plus de bibliographie, voir le site web personnel d’Andrew Abbott).

  • Andrew Abbott and Alexandra Hrycak, « Measuring Resemblance in Sequence Data: An Optimal Matching Analysis of Musicians' Careers », American Journal of Sociology, vol. 96, n° 1, 1990, pp. 144-185 (une des premières applications historiques, sur des musiciens allemands du xviiie siècle ; le cas, assez simple, sert surtout à exposer la méthode).

  • Claire Lemercier, « Les carrières des membres des institutions consulaires parisiennes au xixe siècle », Histoire & Mesure, XX-1/2, 2005, p. 59‑95 (présentation de la méthode et application à des données caractérisées en. particulier par les cumuls de mandats).

  • Katherine Stovel, Michael Savage and Peter Bearman, « Ascription into Achievement: Models of Career Systems at Lloyds Bank, 1890-1970 », The American Journal of Sociology, September 1996, pp. 358-399 (application très claire à des données historiques, tirées de dossiers de personnel, avec une prise en compte de la mobilité à la fois géographique et entre postes, du rôle des diplômes, etc.).

  • Pour mettre en œuvre la méthode : le logiciel proposé sur le site web d’Andrew Abbott est un peu dépassé. On conseillera plutôt TDA. Pour le télécharger, cf. http://lemercier.ouvaton.org/document.php?id=83, rubrique « Autres ».

  • Catherine Omnès, Ouvrières parisiennes. Marchés du travail et trajectoires professionnelles au 20e siècle, Paris, éditions de l'EHESS, 1997 (recherche pionnière pour l’utilisation de dossiers de personnel ; uniquement des tableaux croisés et graphiques simples, mais qui prennent en compte finement interruptions de carrières, mobilités entre branches, différences entre cohortes, etc.).

  • Odile Join-Lambert, Le receveur des Postes, entre l’État et l’usager (1944-1973), Paris, Belin, 2001 (dans la même lignée, avec en outre des représentations graphiques originales pour fonder une typologie des carrières).

  • La Gazette des Archives, n° 198, 3e trimestre 2005, dossier « De la série à l’individu. Archives du personnel et archives orales ». (pour ceux qui s’intéresseraient en particulier à ce type de sources ; sur la confrontation des deux types de documents, voir aussi Odile Join-Lambert, « Dossiers de personnel et témoignages. Faire l’histoire des receveurs et receveuses des Postes (1944-1973) », Histoire & Mesure, XX-3/4, 2005, pp. 103-138).

  • David W. Galenson, « Measuring Masters and Masterpieces. French Rankings of French Painters and Paintings from Realism to Surrealism », Histoire & Mesure, XVII-1/2, 2002, pp. 47-85. Disponible en ligne (cet économiste s’intéresse aux « types de carrières » des peintres de façon quantifiée – même s’il tend à réduire les carrières à leur sommet, la démarche est stimulante ; l’article renvoie à ses autres travaux sur ce thème).

Mise en ligne le 27 avril 2006.