Séminaire EHESS 2005-2006

Attention : la partie de ce site consacrée aux méthodes quantitatives n'est plus régulièrement mise à jour depuis 2007. Merci de vous référer maintenant sur ce sujet au site plus ergonomique et plus riche Méthodes quantitatives pour l'historien
.

Traiter statistiquement des individus en histoire (EHESS)

Pistes bibliographique – codages et catégorisation

  • Simona Cerutti, « La construction des catégories sociales », in Jean Boutier et Dominique Julia (dir.), Passés recomposés. Champs et chantiers de l’Histoire, Paris, Autrement, série Mutations, n° 150-151, janvier 1995, p. 224-234. [un bilan historiographique très clair, en particulier sur le linguistic turn et la microstoria ; voir aussi ses travaux sur le jeu entre appartenances locales et professionnelles, avec des usages fins de quantifications simples : Simona Cerutti, La ville et les métiers. Naissance d'un langage corporatif (Turin, 17e-18e siècle), Paris, EHESS, 1990]

  • Christophe Charle (dir.), Histoire sociale, histoire globale ?, Paris, éditions de la MSH, 1993. [écho des grands colloques des années 1960 : L’histoire sociale. Sources et méthodes, Paris, Puf, 1967 et Ordres et classes, Paris-La Haye, Mouton, 1968 ; vrais débats : que reste-t-il des discussions en termes d’« ordres et classes » ? de CSP appliquées au passé ? quelles reconstructions depuis ?]

  • Alain Desrosières et Laurent Thévenot, Les catégories socioprofessionnelles, Paris, La Découverte, 1988. [une vraie petite somme, utile déconstruction des travaux de l’INSEE et intéressante au-delà]

  • Maurizio Gribaudi et Alain Blum, « Des catégories aux liens individuels. L’analyse statistique de l’espace social », Annales ESC, n° 6, 1990, p. 1365-1402 ; Maurizio Gribaudi, « Les discontinuités du social. Un modèle configurationnel », in Bernard Lepetit (dir.), Les formes de l'expérience. Une autre histoire sociale, Paris, Albin Michel, 1995, p. 187-225. [des déconstructions très écoutées, des reconstructions moins poursuivies car techniquement complexes, très intéressantes à discuter]

  • « Histoire et statistiques. Questions sur l’anachronisme des séries longues », dossier, dans Genèses, n° 9, octobre 1992, pp. 90-119 [débat à propos du livre d’Olivier Marchand et Claude Thélot, Deux siècles de travail en France : population active et structure sociale : durée et productivité du travail, Paris, Insee, 1991 : peut-on projeter dans le passé les catégories qui nous intéressent ?]

  • Daniel Milo, « La rencontre, insolite mais édifiante, du quantitatif et du culturel », Histoire & Mesure, 1987, II-2, p. 7‑38 [pour sa réflexion sur les classifications thématiques d’ouvrages anciens]

  • Jean-Claude Passeron, « L’espace mental de l’enquête (II). L’interprétation et les chemins de la preuve, Enquête, 3, 1996, p. 89-126 [dans le cadre d’une réflexion très riche sur le travail de l’historien, du sociologue et de l’anthropologie, des éléments sur les opérations de codage]

  • Paul-André Rosental, « La rue mode d’emploi. Les univers sociaux d’une rue industrielle », Enquête, 4, 1997, p. 113-133 [proposition de reconstruction de catégories sur la base de liens observés]

  • Christian Topalov, Naissance du chômeur, 1880-1910, Paris, Albin Michel, 1994. [un grand classique liant problèmes de mesure, histoire des concepts et des politiques sociales ; voir aussi Robert Salais, Nicolas Baverez et Bénédicte Reynaud, L'invention du chômage, Paris, Puf, 1986 et Bénédicte Zimmermann, La constitution du chômage en Allemagne. Entre professions et territoires, Paris, éd. de la MSH, 2001.]

  • Mary Douglas, Comment pensent les institutions, Paris, La Découverte/MAUSS, 1999 (1986).

  • Michel Foucault, Les mots et les choses, Paris, Gallimard, 1976.

  • Georges Perec, Penser/classer, Paris, Hachette, 1985.

  • Luc Boltanski, Les cadres. La formation d'un groupe social, Paris, éditions de Minuit, 1982. [le premier classique de la déconstruction des CSP]

  • Jean-Marie Chanut, Jean Heffer, Jacques Mairesse et Gilles Postel-Vinay (dir.), L’industrie française au milieu du 19e siècle. Les enquêtes de la Statistique générale de la France, éditions de l’EHESS, 2000. [réflexions sur l’usage de statistiques aux catégories fluctuantes]

  • Claude Dubar et Pierre Tripier, Sociologie des professions, Paris, Armand Colin, 1re éd. 1998, 2e éd. 2003 [un manuel introductif ; pour les historiens, voir en particulier en anglais les travaux d’Andrew Abbott]

  • Maurice Garden, « Ouvriers et artisans au xviiie siècle. L’exemple lyonnais et les problèmes de classification », Revue d’histoire économique et sociale, 1970, p. 28-54 [très beau point sur les débats de l’époque – avec bibliographie – qui garde beaucoup d’intérêt aujourd’hui, en particulier sur les articulations entre métiers, statuts et intérêts]

  • Nomenclatures et classifications : approches historiques, enjeux économiques, Actes et communications de l’INRA, n° 21, novembre 2004 (infos sur cette revue : http://www.inra.fr/Internet/Departements/ESR/publications/actescom/index.php) [débats interdisciplinaires en particulier sur les classifications de produits et liées au travail, liant problèmes de droit et de statistiques]

  • « Quantifier », dossier, Genèses, n° 58, 2005/1 [articles sur des pratiques statistiques contemporaines, portant sur les pauvres, les sans-abris et les usagers de drogues].

  • Sylvie Schweitzer, Les femmes ont toujours travaillé. Une histoire du travail des femmes aux xixe et xxe siècles, Paris, Odile Jacob, 2002 [à propos des problèmes posés à l’histoire des femmes par les catégories des recensements].

  • Joan Scott, « Statistical Representations of Work: the Politics of the Chamber of Commerce’s Statistique de l’Industrie à Paris, 1847-48 », in Steven L. Kaplan et Cynthia J. Koepp (eds.), Work in France, Ithaca, Cornell University Press, 1986, pp. 335-363 [un grand classique de l’analyse critique des catégories statistiques].

  • Claire Zalc, Immigrants et indépendants. Parcours et contraintes. Les petits entrepreneurs étrangers dans le département de la Seine (1919-1939), thèse d’histoire, Université de Paris-X, 2002 [à la fois histoire des catégories et formes de codage très contrôlées, dans le domaine des professions mais aussi des nationalités].

  • José Mauricio Andion Arruti, « Subversions classificatoires : paysans, indiens, noirs. Chroniques d’une ethnogenèse », Genèses, n° 32, septembre 1988, p. 28-50.

  • Alain Blum, « Comment décrire les immigrés – à propos de quelques recherches sur l’immigration », Population, 3, 1998, pp. 569-588 (voir le numéro entier de la revue)

  • « Compter l’autre », numéro thématique d’Histoire & Mesure, XIII-1/2, 1998 [très riche sur l’histoire des recensements, classifications « raciales », etc.].

  • Cornelia Essner, « Qui sera « juif » ? La classification nazie, des « lois de Nuremberg » à la « conférence de Wannsee », Genèses, n° 21, décembre 1995, p. 4-28.

  • Dominique Merllié et Alexis Spire A., "La question des origines dans les statistiques en France. Les enjeux d'une controverse", Le Mouvement social, n° 188, 1999, p. 119-130.

  • Patrick Simon, « Les sciences sociales françaises face aux catégories ethniques et raciales », Annales de démographie historique, n°105, 2003-1, p. 111-130.

  • Bernard Lepetit, Les villes dans la France moderne (1740-1840), Paris, Albin Michel, 1988. [histoire et déconstruction/reconstruction de la catégorie « ville » ; cf. aussi Christine Lamarre, « Aux origines de la définition statistique de la population urbaine en France », Histoire & Mesure, II-2, 1987, p. 59-72]

  • « Observer, classer, administrer », dossier, Genèses, n° 5, septembre 1991 [articles en particulier de Christian Topalov et Susanna Magri sur les classifications statistiques en histoire urbaine : locataires de HLM, etc.]

  • Jean-Claude Perrot, Genèse d’une ville moderne. Caen au 18e siècle, Paris, EHESS, 2001 [1975]. [une étape importante dans la déconstruction/reconstruction des catégories sociales]

Mise en ligne le 2 avril 2007.