Séminaire ENS 2005-2006

Attention : la partie de ce site consacrée aux méthodes quantitatives n'est plus régulièrement mise à jour depuis 2007. Merci de vous référer maintenant sur ce sujet au site plus ergonomique et plus riche Méthodes quantitatives pour l'historien
.

L’histoire et l’historien face au quantitatif (ENS)

Pistes bibliographiques - Analyses longitudinales

  • Andrew Abbott, “Sequences of Social Events”, Historical Methods, 16, 1983, pp. 129-147.

  • Andrew Abbott and Angela Tsay, “Sequence Analysis and Optimal Matching Methods in Sociology”, Sociological Methods and Research, 29, 2000, pp. 3-33 (deux présentations claires de la méthode par son introducteur en sociologie ; pour plus de bibliographie voir le site web personnel d’Andrew Abbott).

  • Mary Blair-Loy, “Career Patterns of Executive Women in Finance: An Optimal Matching Analysis”, The American Journal of Sociology, March 1999, pp. 1346-1397 (application très claire à des données historiques : temporalités à la fois individuelles, générationnelles et extérieures).

  • Claire Lemercier, « Les carrières des membres des institutions consulaires parisiennes au xixe siècle », Histoire & Mesure, XX-1/2, 2005, p. 59‑95.

  • Katherine Stovel, Michael Savage and Peter Bearman, “Ascription into Achievement: Models of Career Systems at Lloyds Bank, 1890-1970”, The American Journal of Sociology, September 1996, pp. 358-399 (même commentaire que pour M. Blair-Loy).

  • Hans-Peter Blossfeld et Götz Rohwer, Techniques of Event History Modeling: New Approaches to Causal Analysis, Lawrence Erlbaum Associates, 2001 (manuel très pédagogique, correspondant au logiciel libre TDA [voir ici], importante bibliographie sur des applications sociologiques).

  • Daniel Courgeau, Du groupe à l'individu : synthèse multiniveau, Paris, INED, 2004 (pour approfondir, mieux comprendre la logique de l’event history analysis et celle de ses plus récents prolongements).

  • Annales de démographie historique, 1998, n° 2, dossier « Le fil de la vie. Approches biographiques et généalogiques », articles de Guy Brunet, « Générations : individu et famille. Les approches longitudinales en démographie historique », p. 7-24 et de George Alter, « L’event history analysis en démographie historique. Difficultés et perspectives », p. 25-35 (cette approche est fréquente en démographie historique... anglo-saxonne, où vous trouverez bien plus d'articles empiriques).

  • Martin Dribe, “Household and Family Aspects of Children Leaving Home. Rural Youth Migration in Nineteenth Century Scania, Sweden”, Cahier des Annales de démographie historique, 2002, p. 95-122 (explication très claire de la méthode ; à noter que ce volume comprend plusieurs autres articles utilisant des régressions logistiques de facture plus classique).

  • Silvio R. Duncan Baretta, John Markoff et Gilbert Shapiro, “The Selective Transmission of Historical Documents: The Case of the Parish Cahiers of 1789”, Histoire & Mesure, II-3/4, 1987, p. 115-172 (un article qui applique la méthode à des manuscrits, avec évidemment les sorties logicielles de l'époque).

  • Lilyan Brudner and Douglas White, “Class, Property and Structural Endogamy: Visualizing Networked Histories”, Theory and Society, 26, 1997, p. 161-208 (des propositions de visualisation très subtiles, centrées sur les données généalogiques).

  • Claire Lemercier, « Le Centre de recherches historiques comme "structure fédérative" ? Réseaux de collaboration et thèmes de recherche (1974-1995) », Cahiers du CRH, octobre 2005, p. 297-327 (statique comparée)

  • Mark S. Mizruchi, The American Corporate Network: 1904-1974, Berverly Hills, Sage, 1982 (un modèle de « statique comparée » des réseaux, très clair sur les méthodes, transposable à toutes données d'implication communes).

  • Maryjane Osa, Solidarity and Contention. Networks of Polish Opposition, University of Minnesota Press, 2003 (l'auteure a également publié ses résultats « réseaux » dans des articles séparés ; très convaincante statique comparée).

  • Naomi Rosenthal, Meryl Fingrutd, Michele Ethier, Roberta Karant and David McDonald, “Social Movements and Network Analysis: A Case Study of Nineteenth-Century Women’s Reform in New York State”, The American Journal of Sociology, 90, 1985, p. 1022-1054 ; Naomi Rosenthal, David McDonald, Michele Ethier, Meryl Fingrutd and Roberta Karant, “Structural Tensions in the Nineteenth-Century Women’s Movement”, Mobilization, vol. 2, n° 1, March 1997, p. 21-46 (usage pionnier et efficace d'une visualisation intégrant une forme de datation des liens).

  • Charles Tilly, “Parliamentarization of Popular Contention in Great Britain, 1758-1834”, Theory and Society, 26, 1997, p. 245-273 (étude de données textuelles en termes de réseaux, et belles conclusions sur l'évolution de ce réseau).

  • Douglas R. White and H. Gilman McCann, “Cites and Fights: Material Entailment Analysis of the Eigtheenth-Century Chemical Revolution”, in Barry Wellman and Steven Berkowitz, Social Structures: A Network Approach, Cambridge, Cambridge University Press, 1988, p. 380-399 (très belle étude de (co)citations avec une statique comparée très instructive sur l'émergence d'un nouveau paradigme).

  • http://stat.gamma.rug.nl/snijders/siena.html (page web du logiciel Siena de Tom Snijders, avec logiciel et références à différents niveaux de technicité).

Mise en ligne le 23 janvier 2006.